Facebook pourrait être frappé d’une amende massive pouvant aller jusqu’à 36 millions d’euros

Facebook pourrait être en difficulté car la Commission irlandaise de protection des données (DPC) a proposé de lui infliger une amende de 36 millions d’euros dans l’une des plus d’une douzaine d’enquêtes actuellement à la recherche de Facebook. Cela vient d’un projet de décision qui a été publié mercredi. En vertu des règles de protection des données de l’Union européenne 2018, la décision préjudicielle doit désormais être partagée avec d’autres autorités de contrôle de l’UE et prendre en compte leur point de vue. Si ces autorités ne soulèvent aucun désaccord, le verdict final sera rédigé et présenté au géant des médias sociaux.

Facebook se retrouve en conflit avec la Commission irlandaise de protection des données et pourrait devoir payer une lourde amende

Sur la base d’un rapport de Reuters, le DPC a proposé une amende pour Facebook allant de 28 millions d’euros à 36 millions d’euros. La raison de l’amende est que Facebook n’a pas fourni suffisamment d’informations. Le projet de décision critiquait également l’entreprise pour son manque de transparence et expliquait à quel point ces infractions étaient graves.

La plainte a été déposée par un avocat autrichien et militant pour la protection de la vie privée, Max Schrems. Ils ont manifesté des inquiétudes quant à la légalité du traitement des données personnelles par Facebook, en particulier en ce qui concerne les conditions d’utilisation de l’entreprise. Schrems a également critiqué les résultats, affirmant que c’était comme si le DPC autorisait Facebook à contourner les règles de confidentialité de l’UE GDPR en déplaçant des clauses de consentement relatives à des domaines tels que la publicité et le suivi en ligne dans ses termes et conditions. Schrems a également publié le projet de décision par l’intermédiaire de son groupe de droits numériques NOYB.

N’oubliez pas que Facebook se voit actuellement imposer une amende pour une seule enquête ; si les résultats sont là, le montant final pourrait être bien supérieur à 36 millions d’euros, et l’entreprise devra payer pour cela. Vous pouvez lire le projet de décision de Schrems ici.

Que pensez-vous que Facebook devrait faire dans une telle situation. Ce n’est pas la première fois que l’entreprise est mise dans une telle situation. Attendons de voir comment ils réagissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.