Le PDG d’Activision Blizzard voulait acheter une édition du jeu à des fins de propagande

Avant l’annonce de l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft pour 68,7 milliards de dollars, le fabricant de Call of Duty était en grande difficulté. Au lieu de s’attaquer à la cause première du problème, le PDG d’Activision Blizzard, Bobby Kotick, a voulu acheter une bonne presse en achetant l’édition du jeu.

Activision Blizzard a été critiqué pour ses mauvaises pratiques en milieu de travail, son harcèlement sexuel, son inconduite, etc. Toutes sortes de publications ont rendu compte de cela, des sites Web de jeux vidéo (comme nous) à la BBC, au Wall Street Journal et autres.

En parlant de cela, le Wall Street Journal a déclaré que pour lutter contre cette presse, Bobby Kotick a suggéré que pour « changer le récit public sur l’entreprise », Activision Blizzard devrait « faire une sorte d’acquisition, y compris des publications de jeux telles que comme Kotaku et PC Gamer, selon les personnes qui le connaissent.

Un tel comportement serait hautement contraire à l’éthique, mais pas surprenant. Bon nombre des personnalités les plus controversées des médias possèdent certaines des plus grandes sociétés de presse au monde. Jeff Bezos, par exemple, est propriétaire du Washington Post, et il n’est pas surprenant que le Washington Post soit plus favorable à Amazon que la plupart des autres .

Bien que la consolidation des grandes entreprises soit négative à bien des égards, cette situation particulière entre Microsoft et Activision Blizzard a peut-être été une aubaine déguisée, car Microsoft a, espérons-le, résolu bon nombre des problèmes rencontrés par Activision Blizzard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.