Google poursuivi en justice pour avoir induit les utilisateurs en erreur sur les données de localisation

Plusieurs États américains ont poursuivi Google pour « avoir fraudé et manipulé des clients » afin d’accéder à leurs données de localisation. Le procureur général Carl A. Racine, ainsi que trois autres procureurs généraux, ont ajouté que Google rend également presque impossible pour les utilisateurs d’arrêter de suivre leur position. D’autres avocats envisagent d’intenter des poursuites devant leurs tribunaux d’État de manière bipartite.

Selon le bureau du procureur général (OAG), Google trompe systématiquement les consommateurs sur la façon dont leur emplacement est suivi et utilisé. La société a également induit les clients en erreur en leur faisant croire qu’ils pouvaient contrôler les informations que Google collecte à leur sujet, contrairement à la réalité. L’OAG soutient qu’il n’y a pratiquement aucun moyen pour les consommateurs d’empêcher Google de collecter, de stocker et d’exploiter leurs données de localisation.

Le procureur général Carl A. Racine a déclaré :

« Google a faussement laissé croire aux consommateurs que la modification des paramètres de leur compte et de leur appareil permettra aux clients de protéger leur vie privée et de contrôler les données personnelles auxquelles l’entreprise peut accéder.

La vérité est que, contrairement aux affirmations de Google, Google continue de suivre systématiquement les clients et de tirer profit de ces clients. Les fausses déclarations audacieuses de Google constituent une violation manifeste de la vie privée des consommateurs. Je suis fier de diriger ce groupe bipartite de procureurs généraux qui tiendra Google responsable de la tromperie.

Dans le cadre de cette procédure légale, nous tiendrons Google responsable et, ce faisant, informerons les consommateurs de la manière dont leurs données personnelles, en particulier les données sensibles concernant leur emplacement physique, sont collectées, stockées et monétisées. Ce résultat de notre action collective est que les consommateurs, et non Google, détermineront comment leurs données sont utilisées ou non.

De nombreux produits Google s’appuient sur les entrées des utilisateurs pour fonctionner comme ils le font. Par exemple, Google Maps s’appuie sur les utilisateurs pour montrer la quantité de trafic dans la rue. D’autres produits Google tels que Search, Gmail et YouTube dépendent fortement des données et l’entreprise les analyse pour créer des profils d’utilisateurs détaillés afin de vendre éventuellement des publicités ciblées.

Avec ce procès, le BVG demande une injonction pour empêcher Google de commettre de telles « activités trompeuses et illégales ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.